La vie n’est pas un long fleuve tranquille…

… quand on est jeune, qu’on vient de recevoir son premier chèque de paie, et qu’on ne sait pas trop comment l’avenir sera fait, surtout quand il faut concilier la préparation express d’une soutenance de stage, la préparation réfléchie d’une procédure de séduction, la préparation motivée d’une recherche de logement.

« L’autre » n’est pas là lorsque j’apparais à proximité de son lieu le travail le soir. Me fuirait-il ?

Le pire, c’est que je ne suis pas sûr de ce que je veux. Si ça se trouve, mon subconscient en mal d’affection a trouvé dans deux regards et un doute d’une amie un fantôme de support pour une illusion. Et le manque d’expérience et de recul me laisserait y croire, bêtement.

Statistiquement, deux chances sur trois d’en ressortir malheureux. La première, c’est que je me sois trompé, et qu’il ne sache voir dans mes yeux que le vide du commun des mortels. Mais ce ne serait que la n-ème sur la longue et - hélas - seule liste. La seconde, c’est que je ne sache pas voir mon image dans ses yeux… et je ne suis pas sûr d’en être capable.

Bref.

Qui vivra verra.