Perséphone à l’ouvrage

Quote:

Il y a bien longtemps, dans le Royaume d’Angleterre, le bon roi Richard Cœur de Lion s’apprêtait à partir en croisade. Afin d’assurer que son palais restât propre pendant son voyage, il publia un édit qui nommait le Shériff de Nottingham responsable de l’entretien du palais. Cet édit faisait valeur de loi, car le sceau du roi Arthur, un cachet de cire rouge appuyé des armes du roi, était apposé sur l’édit.

Hélas, le Schériff de Nottingham s’appropria l’édit, et avec l’aide de son bras droit, un alchimiste obscur, détacha le sceau et l’apposa sur un édit de sa composition, lui accordant les pleins pouvoirs en l’absence du roi. Il brandit alors l’édit en prétendant que le roi avait oublié de le publier lui-même, mais en assurant la population de son authenticité en montrant le cachet royal.

Aujourd’hui, entends-je, cette situation n’arriverait plus. On sait, nous dit-on, apposer sur un document de pouvoir une signature « numérique » qui à la fois identifie son auteur et garantit son authenticité.

Et pourtant…