Relaxation

Vingt-cinq cartons parmi les vingt-huit apportés sont déballés, et leurs restes reposent désormais entassés dans mon armoire, en attendant leur exil.

Ne pas oublier : fixer les armoires Billy au mur en haut, finir de fixer les portes de l’amoire, réparer la porte coulissante de l’amoire, accrocher des rideaux à la fenêtre.

À force de déplacer les cartons, et faire l’aller-retour entre les cartons et l’armoire, j’en ai attrapé mal au dos, douleur que je n’avais pas éprouvée depuis quelques mois.

Ce n’est pas encore idéalement rangé : certaines choses restent entassées, dans l’attente d’une place désignée. Mais c’est déjà beaucoup mieux que lorsque je suis rentré chez moi ce soir. On dirait presque un endroit civilisé !

J’ai désormais ma bibliothèque remplie sous les yeux lorsque je m’assois sur mon lit ou que j’en pars. C’est très agréable.