Dernière ligne droite…

… avant Noël. Je rentre samedi en France pour deux semaines de vacances.

Le week-end dernier, Ludo et moi avons reçu un touriste français, dont je tairai le nom pour mieux casser du sucre sur son dos: tandis que j’attendais sa venue avec une joie mal dissimulée, ayant de lui un souvenir heureux qui mélangeait allègrement une image d’Apollon avec une personnalité calme, posée et raisonnable, je me suis retrouvé dans un état d’esprit paradoxal, devant à la fois convenir que mon souvenir était à la hauteur de la réalité, et réaliser qu’il avait oublié de fixer le fait que l’individu est… illettré, consensuel et porté sur le respect des recommandations chrétiennes dans la vie quotidienne. C’est ainsi qu’hélas! j’ai du l’héberger en laissant mon désintérêt à son égard grandir d’heure en heure à l’encontre d’un quelconque désir naissant potentiellement apparu au préalable.

Il a neigé hier pendant une heure, tout a fondu depuis. Décidément, la Suède ne répond pas à toutes mes attentes.

La semaine dernière, Kemel m’a fait comprendre par plusieurs façons détournées que sa conduite de marketing vis-à-vis de mon projet m’oblige désormais à me focaliser sur l’aspect extérieur de ce que je fais plutôt que sur l’intérêt technique et fonctionnel de l’exercice. Bref, il faut que ça brille, ou sinon j’arrête. A vos ordres patron.